Accueil feed guinee GUINEE Le droit de vote des personnes handicapées en débat à la mairie de Matoto

GUINEE Le droit de vote des personnes handicapées en débat à la mairie de Matoto

12 min read
0
0
0

La salle de conférence de la mairie de Matoto a accueilli ce mercredi une séance de sensibilisation autour du thème du droit de vote des personnes handicapées. S’inscrivant dans le cadre de la Semaine nationale de la citoyenneté et de la paix (SENACIP 2019), l’initiative est de l’ONG Action pour le futur des handicapés de Guinée (AFHAG). La rencontre a notamment réuni des personnes handicapées venues des quatre coins de la commune et de Conakry et a été notamment présidée par la 3ème vice-maire de Matoto en charge de l’Action sociale, M’Balou Camara. Elle avait à ses côtés le président de la CECI, Moussa Sangaré, un représentant des chefs de quartiers et de nombreux représentants des organisations de personnes handicapées dont le président de la FEGUIPAH, François Dopavogui.

Au cœur des échanges, il y avait la problématique du vote des personnes handicapées. En effet, si le droit de vote est reconnu à tous les Guinéens ayant la majorité et jouissant de leurs droits civils et politiques, pour ce qui est des personnes handicapées, l’exercice effectif du droit de choisir ses dirigeants se heurte à de nombreux obstacles. Des obstacles que le président de l’AFHAG, Ibrahima Diané, a brossés au cours de son exposé. « Au nombre de ces obstacles, on peut citer l’analphabétisme très élevé parmi les personnes handicapées. Ce qui fait que nous ne comprenons pas toujours les discours durant les campagnes électorales, pour conséquemment faire des choix sur les programmes. Nous avons aussi des obstacles physiques liés notamment à l’installation des bureaux en des endroits nous sont inaccessibles. Pour les non-voyants aussi, il y a même la question de l’authenticité de son choix une fois dans l’isoloir. Parce que les bulletins de vote n’étant pas disponibles en braille, un non-voyant se fait toujours accompagné. Et on ne sait jamais si celui qui accompagne ne pas faire voter l’aveugle en faveur de son propre candidat », indique-t-il notamment.

Mais il n’y a pas que ces problèmes extérieurs à la personne handicapée. Il y a aussi, selon M’Mah Camara, la trésorière de l’AFHAG, que la personne handicapée elle-même, du fait d’avoir trop longtemps intériorisé sa discrimination et son exclusion des activités de la vie en société, ne veuille aller voter ou même se faire enrôler. En somme, l’auto-exclusion du processus de vote. « Ce mal-là, nous devons nous-mêmes le soigner. Nous devons sortir de la victimisation. Certes, la société et l’Etat ont une grosse part de responsabilité dans notre marginalisation. Cependant, nous devons aussi fournir des efforts. Pour ce qui est du vote par exemple, nous devons savoir que c’est un droit qui nous est reconnu. Nous devons par conséquent nous battre pour l’exercer. L’exiger de nos familles et de l’Etat, si nécessaire. Mais nous ne devons pas accepter de rester à la maison, pour servir de gardiens pendant que les autres vont aller voter. Autrement, nous perdons notre légitimité de citoyens », lance-t-elle en direction de l’assistance majoritairement composée de personnes handicapées justement.

Pour sa part, Tafsir Fofana, secrétaire à l’organisation de l’AFHAG, a axé son intervention sur un plaidoyer en direction des chefs de quartiers et des responsables de la CENI. Aux premiers, il a demande d’user de la proximité qu’ils ont avec les citoyens de leurs quartiers respectifs pour sensibiliser au respect des droits des personnes handicapées en général, et celui de vote en particulier. Aux seconds, qu’ils tiennent compte des personnes handicapées en particulier lors de l’installation des bureaux de vote à l’occasion des prochaines consultations électorales.

A la suite de tous ces exposés que l’auditoire a jugés pertinents, le vice-maire, au nom du conseil communal, s’est engagée à rester à l’écoute des doléances des personnes handicapées. « La porte de la mairie vous est ouverte. Le conseil est à l’écoute de tout le monde en général en général, mais surtout des femmes, des jeunes et des personnes handicapées », assure M’Balou Camara. « Nous sommes tous des Guinéens, et le fait d’être handicapé ne nous enlève pas notre humanité. Nous ferons en sorte que les personnes handicapées puissent exercer leurs droits de vote (…) Bien que la CENI ne décide pas, je m’engage cependant à faire un rapport sur les doléances que vous avez formulées pour voir si des dérogations peuvent être mises à dispositions des personnes handicapées afin qu’elles votent dans des bureaux qui leur sont proches ou accessibles », promet pour sa part Moussa Sangaré, le président de la Commission électorale communale indépendante (CECI) de Matoto. Quant à lui, Amadou Diallo, chef de quartier de Dabompa s’est d’abord réjoui de l’initiative. « Cela fait 10 ans que je suis chef de quartier, mais c’est la première fois que j’assiste sensibilisation qui soit ainsi consacrée au vote des personnes handicapées. Et j’en tire des enseignements fort instructifs », relève-t-il. Avant de promettre : « j’ai bien noté les attentes et doléances adressées aux chefs de quartiers que nous sommes. Je promets d’y faire face en ce qui me concerne. Je demande juste en retour que les personnes handicapées, quand ils sont confrontés à un certain nombre de problèmes, de ne pas hésiter à venir nous voir ».

Dans leur ensemble, les participants ont relevé et salué la bonne collaboration entre la mairie de Matoto et les ONG de défense des personnes handicapées qui évoluent dans la commune. Ils ont plaidé par la même occasion que ce type de partenariat mutuellement bénéfique puisse inspirer les autres responsables de collectivités à Conakry.

Et c’est par une prestation artistique offerte par la troupe de percussion de l’ONG AFHAG que la séance a pris fin aux environs de 13 heures.

La rédaction  

Print Friendly, PDF & Email




Source copyright lien vers l’article original

Charger plus d'articles
Afficher plus par quotidiennatioanl224
Afficher plus dans feed guinee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire absolument !

GUINEE Labé: le siège de la préfecture incendié, le matériel électoral consumé – Guinée Matin

La préfecture de Labé incendiée Un incendie s’est produit dans la soirée de ce mercredi, 2…